comme une mélodie

Posté le 8 février 2015

 

J’ai beau refaire le parcours,

Des quais de Seine au Louvre.

De nos jours heureux,

De nos dimanches amoureux,.

J’arrive pas à trouver,

Où notre amour a chaviré ?

 

J’ai beau refaire le scénario,

Mille fois dans ma tête.

Celui de tous nos idéaux,.

Celui de nos jours en fête.

Loin des prises de tête.

J’arrive pas à trouver,

L’erreur dans le texte.

 

Tu es rentré dans ton pays

Fait de grands espaces, de neige envahit.

Celui qui t’as vu grandir,

Celui qui t’avais vu partir.

Tu as quitté Paris, sans préavis.

 

J’ai joué quelques notes,

Sur ta guitare oubliée là,

Dans la précipitation de ton départ.

Elle joue la mélodie d’un amour,

Désormais égaré quelque part,

Sans doute dans un aérogare.

 

J’ai rejoué quelques notes,

Sur la mélodie du raisonnement.

C’est dingue comme ça sonné faux,

De la mélodie aux arrangements.

A croire qu’on était pas sur le même tempo.

A croire qu’on avait tout faux.

 

Tu es rentré dans ton pays,

Fait de grands espaces, de neige envahit.

Celui qui t’as vu grandir,

Celui qui t’avais vu partir.

On s’est quitté sans rien voir venir.

 

Notre amour a sombré sans prévenir,

Dans un océan de peine,

Entre tes grands espaces et ma Seine,

Nous laissant à jamais meurtri.

 

Droits réservés

 

 

comme une mélodie

 

3 commentaires pour « comme une mélodie »

  1.  
    createdbymyself
    9 février 2015 | 14 h 46 min
     

    Merci beaucoup !
    Oui en effet c’est en forgeant qu’on devient forgeron ;-)

    Répondre

  2.  
    rochsand
    9 février 2015 | 13 h 54 min
     

    très beau mais triste sniff

    Répondre

  3.  
    yann
    9 février 2015 | 7 h 07 min
     

    Très joli du progrès dans l’ecriture

    Répondre

Laisser un commentaire